Contribution de Marion MEINVIELLE:


Ajustement optimal des paramètres de forçage atmosphériques dans des simulations océaniques globales



La température de surface des océans (SST) est beaucoup mieux estimée par l'observation spatiale que ne le sont les flux air-mer ou les variables atmosphériques proches de la surface permettant leur estimation. Or les modèles de circulation générale océanique utilisés pour les prévisions opérationnelles ou les simulations de la variabilité climatique récente utilisent pour leurs conditions limites de surface des formulations aérodynamiques globales (Bulk) qui ne font pas directement usage de cette SST. On peut donc dire que les modèles n'utilisent pas, sauf lorsqu'elle est assimilée, une des variables océaniques les mieux mesurées. L'objectif de ce travail est donc de définir une nouvelle approche de forçage des modèles de circulation océanique, qui permette de tirer pleinement profit de l'information sur les échanges air-mer qui est contenue dans la SST. Plus précisément, il s'agit d'évaluer un jeu de corrections de paramètres de forçage atmosphériques pour la réanalyse ERAinterim qui couvre la période de 1989 à 2007, par assimilation de données de SST dans a configuration globale ORCA2 du modèle NEMO. Par la suite, ce problème pourra être étendu à d'autres observations d'origine spatiale (salinité de surface avec SMOS). Pour atteindre cet objectif, l'idée est d'utiliser une méthode avancée d'assimilation de données pour corriger les champs atmosphériques de surface d'une façon qui soit cohérente avec notre connaissance des incertitudes sur les flux air-mer. Pour cela, nous utilisons une méthode séquentielle basée sur le filtre SEEK, combinée à des prévisions d'ensemble pour évaluer l'effet des incertitudes sur les paramètres. Le vecteur de contrôle est augmenté des paramètres atmosphériques, et une hypothèse de distribution de probabilité gaussienne tronquée est introduite pour assurer l'obtention de corrections réalistes. Les premiers résultats montrent qu'on peut évaluer, à l'échelle globale et sur une longue période, des corrections de paramètres de forçage réalistes qui mènent à une meilleure cohérence entre l'état du modèle libre, et les observations de surface.

up arrow