Contribution de Karbou, F., E. Gérard, F. Rabier, J-F, Lafore, J-L, Redelsberger, O. Bock:


Assimilation des observations satellitaires micro-ondes : avancées pour les surfaces continentales et nouveaux développements en cas de nuages



Bien que le contenu en information des observations satellitaires micro-ondes soit important, l'exploitation de ces mesures dans les modèles d'assimilation de données est encore insuffisante. En effet, l'utilisation de ces mesures se heurte à plusieurs difficultés : (1) d'une part les incertitudes sur la surface (émissivité et température) sont plus importantes sur continents que sur océans ; ce qui a pour conséquence directe d'utiliser beaucoup moins d'observations sur les terres. A titre d'exemple, les observations acquises à 183.31 +/7 GHz (AMSU-B), pourtant informatives sur l'humidité des basses couches atmosphériques, sont encore rejetées sur les surfaces continentales. Ces observations reçoivent une faible contribution de la surface et leur assimilation est conditionnée par différents tests sur une sélection de canaux surface. (2) D'autre part, les régions sans nuage sont mieux représentées dans les analyses atmosphériques du système d'assimilation. Ceci est dû au fait que l'assimilation des observations " humides " au même titre que la prise en compte des processus physiques des nuages dans notre système d'assimilation sont encore loin d'être optimales. Les travaux de recherche, effectués ou en cours, qui visent à apporter des solutions aux problèmes des surfaces continentales et des nuages seront présentés. En particulier, de nouveaux schémas de surface développés dans ARPEGE seront décris ainsi que la démarche suivie pour l'assimilation des observations nuageuses/pluvieuses. L'accent sera mis sur l'impact des solutions apportées sur les analyses atmosphériques, principalement celles de l'humidité, du modèle ARPEGE.

up arrow